Et après…

Il se passe quoi à la fin de
mon contrat de location ?

Votre  abonnement  Véligo Location  touche à sa fin  et vous êtes conquis(e)  par le vélo à assistance électrique  ? D’ailleurs, vous aimeriez adopter le vôtre pour vos trajets au quotidien ? Nous en sommes ravis ! Et pour vous accompagner jusqu’au bout dans cette nouvelle  mobilité, nous avons fait le point sur les différentes aides financières qui pourraient vous aider à acheter votre propre VAE. 

Petit rappel

Afin que le plus grand nombre de Franciliens puisse profiter de Véligo Location,
le VAE qui vous a été confié pendant l’abonnement ne peut pas être acheté à la fin du contrat.

 

 

en revanche

De nombreux dispositifs existent pour vous permettre de vous équiper d’un
vélo à assistance électrique ou même d’un vélo plus classique :
AIDE NATIONALE – AIDE LOCALE – AIDE ENTREPRISE

Aide nationale


Si vous achetez un vélo à assistance électrique, il est possible de bénéficier d’une aide de l’État, sous certaines conditions. Il s’agit du « Bonus Vélo à assistance électrique ». Ce bonus est attribué à toute personne :

  • physique majeure,
  • domiciliée en France,
  • dont la cotisation d’impôts sur le revenu du foyer fiscal de l’année précédant l’achat du VAE est nulle.

Autre point important : ce bonus n’est valable que pour l’achat d’un VAE non équipé d’une batterie au plomb. Enfin, le montant de cette aide de l’État ne peut pas excéder le montant de l’aide éventuelle accordée par votre collectivité locale. De plus, le montant de ces 2 aides cumulées ne peut pas être supérieur à 20 % du coût de l’acquisition ou 200 €.


Aide locale


Certaines collectivités franciliennes accordent une aide à l’achat. Mais parfois, ces aides ne sont pas cumulables avec celles de l’État. Par ailleurs, elles peuvent être soumises à des conditions de ressources.

Pour vous donner des exemples concrets et simples :

 

  • La Mairie de Paris accorde une aide de 400 € qui n’est pas cumulable avec l’aide de l’État.
  • Même chose pour Fontenay-sous-Bois ou Nogent-sur-Marne : 400 € non cumulable.
  • À Sceaux, l’aide est de 100 € mais elle est cumulable avec celle de l’État.
  • À Rueil-Malmaison ou Suresnes, l’aide est d’un montant maximum de 500 €, non cumulable avec le bonus de l’État.
  • À Bougival, l’aide est de 250 €, non cumulable avec l’aide de l’État.
  • À Pantin, l’aide est de 200 € et pourra être renouvelée passé un délai de trois ans.

Renseignez-vous dans votre Mairie pour connaitre le dispositif auquel vous pourriez être éligible !


Aide entreprise


Bonne nouvelle ! Votre entreprise peut également vous aider à acquérir votre vélo.
Certains comités d’entreprise peuvent prendre en charge une partie de l’achat d’un vélo sous présentation d’une facture.

Plus récemment, un principe d’indemnité kilométrique vélo (IKV) a été instauré afin de prendre en charge les kilomètres d’un salarié venant au travail à vélo (qu’il soit électrique ou non !). La prise en charge est fixée à 0,25 € par kilomètre parcouru, multiplié par la distance aller-retour la plus courte pouvant être réalisée à vélo entre la résidence habituelle du salarié et son lieu de travail, ainsi que par le nombre de jours de travail annuel.

 

Pas très à l’aise avec les mathématiques ? Un exemple pour vous aider !
Si le trajet le plus court en vélo entre votre domicile et votre travail est de 10 km et que vous travaillez 5 jours dans la semaine, cela donne :
10 km x2 (pour le trajet aller-retour) x5 (le nombre de jours travaillés) = 100 km.
100 km x 0,25 € = 25 € d’indemnité kilométrique vélo par semaine travaillée !

 

Bien sûr, il existe quelques conditions :

  • Salariés du secteur privé : cette prise en charge peut aller jusqu’à 200 € et est exonérée d’impôts sur le revenu (comme pour les frais de transport). À noter que la loi d’orientation des mobilités prévoit de doubler ce montant pour atteindre 400 € par an pour tous les salariés du privé. Le décret d’application fixera les modalités de remboursement.
  • Salariés secteur public : cette prise en charge est uniquement applicable aux agents des ministères en charge du développement durable et du logement, et des établissements publics qui en relèvent, à titre expérimental entre le 1er septembre 2016 et le 31 décembre 2019. À noter qu’à partir du 1er janvier 2020, la loi d’orientation des mobilités prévoit que tous les employés de la fonction publique puissent bénéficier de cette prise en charge, avec un plafond de 200 € par an.

Tout cela vous donne une idée de votre budget ?
Direction les vélocistes indépendants, les distributeurs, les webmarchands… De nombreux modèles existent et vous trouverez certainement celui qui répondra à tous vos besoins !

 

Une fois votre vélo en mains, et pour le garder plus longtemps :

  • N’oubliez pas de l’entretenir régulièrement. À bichonner particulièrement, les organes de sécurité : les freins, l’éclairage avant et arrière, le gonflage de vos pneus.
  • Rien de mieux qu’une petite vérification annuelle chez un spécialiste pour se rassurer sur l’état de fonctionnement de son vélo et ainsi assurer sa sécurité.

Bon à savoir… ou se rappeler !

Toutes les entreprises privées ou publiques d’Ile-de-France ont pour obligation de rembourser à hauteur de 50% minimum les frais de transport de leurs salariés, sur présentation d’un justificatif. Cela est valable pour tous les salariés du public, du privé, à temps plein ou partiel (mi-temps et plus), y compris les stagiaires de plus de 3 mois.

Centre de préférences de confidentialité